Le pâturage des milieux semi-naturels

Armo_lande_molinie

Si depuis toujours, les paysans se sont appuyés sur les végétations poussant spontanément pour nourrir leur troupeau ; progressivement les avancées techniques, culturales et zootechniques ont poussé les éleveurs vers des modèles d'agriculture intensive, artificialisant les végétations. Sont ainsi devenues prédominantes les prairies cultivées puis les cultures fourragères.

Les milieux semi-naturels constituent alors "une épine dans le pied" du système fourrager d'une ferme : végétations hétérogènes et présence d'indésirables, de faibles valeur alimentaire, voire à risque (sanitaire). Ces surfaces moins productives et souvent difficilement mécanisables ont été délaissées.

Dans le prolongement des recherches sur les systèmes herbagers pâturants, de jeunes éleveurs, des paysans du CIVAM 29 et du CEDAPA ont décidé de considérer les milieux semi-naturels comme ressources fourragères principales sur leur ferme. Dans l'idée de travailler "avec ce que l'on a sur place" avec très peu d'interventions mécaniques, ces groupes ont la nécessité de redéfinir, de repenser les méthodes et pratiques de gestion et d'entretien des espaces.

C'est ce travail de "débroussaillage", de réappropriation des savoirs sur les milieux semi naturels qui fondent les ambitions de ce groupe.

Un financement obtenu en 2018 par la Région Bretagne (AEP) a permis de donner les moyens humain et matériel à ce groupe pour avancer sur le sujet.

Voici une illustration du projet déposé :

travail-végétation-naturelle

Une liste mail du groupe a été créée pour échanger, recevoir des infos du groupe. Si vous souhaitez rejoindre ce groupe, n'hésitez à nous contacter.

Retour haut de page