La multifonctionnalité de l’agriculture

La multifonctionnalité de l’agriculture est une réalité de terrain, qui concerne un nombre croissant d’exploitations, en particulier liées au réseau IN.P.A.C.T (INitiatives Pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale, voir ici et ).

Elle s’exprime dans deux sphères : d’une part les contributions et les aménités intrinsèquement liées à l’acte de production (création et entretien de paysage, préservation de la biodiversité, entretien de milieux remarquables, qualité des eaux) ; d’autre part des activités liées à la diversification, qui n’ont de sens que parce que la production existe, mais qui reposent sur des opérations distinctes de l’acte agricole au sens strict. Il s’agit par exemple des activités suivantes :

  • transformation à la ferme ou en petits ateliers coopératifs,
  • circuits courts de distribution,
  • approvisionnement de la restauration hors domicile,
  • accueil (touristique, social, éducatif),
  • entretien et valorisation du paysage et du patrimoine,
  • production énergétique,
  • production de matériaux sains pour la construction.

Cette agriculture multifonctionnelle permet le maintien d’un nombre important d’exploitations (et donc d’emplois) et notamment des exploitations de taille modeste, économiquement efficaces et susceptible de contribuer à un rééquilibrage démographique et économique des territoires, grâce à l’agrégation de valeur ajoutée et la vente de services.

Elle permet également d’accueillir à l’installation des publics au parcours atypique. Lorsque les enfants d’agriculteurs ne sont pas candidats à la reprise de l’exploitation familiale, il s’avère que de nombreux publics, plus ou moins bien préparés, cherchent à créer leur activité en agriculture.

Territoires et multifonctionnalité sont liés[1]. Tant qu’il ne se préoccupe que de la fonction de production, le développement agricole[2] peut s’organiser à une échelle pertinente pour les logiques de filières. Mais la multifonctionnalité ne peut s’exprimer que si les services proposés s’intègrent à la cohérence de territoires variés, qui ne peuvent être définis a priori.

Enfin, les projets multifonctionnels et liés au territoire contribuent à maintenir un équilibre démographique, et ils sont susceptibles dans le même temps de participer à la vitalité de circuits économiques locaux. De même le développement de productions à forte typicité et la valorisation de l’environnement contribuent à renforcer l’image d’un pays et son attractivité.

 


[2] Nous utilisions ce terme générique pour désigner l’ensemble des acteurs, articulés ou pas, intervenant dans les activités d’accompagnement, de formation, de conseil, de transfert auprès des agriculteurs, ainsi que leurs interactions. Nous excluons donc de notre objet les actions de recherche appliquée et d’expérimentation sui generis, pour nous rapprocher du champ couvert par le terme extension en anglais, extensión en espagnol. Par contre, nous étendons la gamme des publics à des acteurs non agricoles (non inscrits à la MSA), dont l’activité est en forte inter-relation avec l’agriculture (accueil, transformation,…).

  • Alice
    #1 écrit par Alice Il y a 1 an

    Au niveau de l’entretien, Cnaoc a toujours respecté les normes !

    Merci pour l’article

  • Vous pouvez utiliser ces mots-clés HTML : <a> <abbr> <acronym> <b> <blockquote> <cite> <code> <del> <em> <i> <q> <strike> <strong>

  • Flux de commentaires pour cet article
Haut de page